NEWS novembre 2007


MAEGHT / ARTE

soirée Maeght sur Arte le 30 novembre
avec la diffusion de 2 programmes :

Maeght, une histoire de famille
Sur le site d'ARTE - Sur le site de TELERAMA

vendredi, 30 novembre 2007 à 22:15
Rediffusion : 03.12.2007 à 09:55

Ami de Bonnard, Matisse, Mirò, Chagall, Braque, Calder, Léger, Giacometti, Aimé Maeght a été l'un des plus grands marchands d'art moderne du XXe siècle. Ses descendants racontent une histoire familiale hors du commun, pleine d'émotion et de magie, en ouvrant pour la première fois leurs archives au public.

C'est une belle histoire, faite d'amitié et de passion, comme le milieu de l'art en connaît parfois. Fils de cheminot né dans le nord de la France en 1906, Aimé Maeght est devenu l'ami et le marchand de la plupart des grands artistes du XXe siècle : Bonnard, Matisse, Miró, Chagall, Calder, Braque, Arp, Léger, Giacometti, Bacon, Tàpies et bien d'autres. Il créa, en 1964 à Saint-Paul-de-Vence, la célèbre Fondation qui porte son nom et qui rassemble aujourd'hui plus de douze mille oeuvres. Elle est visitée chaque année par plus de deux cent mille personnes venues du monde entier. Mais avant d'accéder à la notoriété internationale, il avait permis à des dizaines d'artistes d'être connus et reconnus, jouant le rôle d'un véritable passeur dans le monde artistique de son temps. Tout avait commencé à Cannes en 1936 : voulant décorer la vitrine de son petit magasin, Marguerite, la femme d'Aimé, prend contact avec un peintre nommé Bonnard... À partir de là, l'histoire des Maeght est une suite de rencontres heureuses, de confiance mutuelle et d'un goût très sûr pour la création contemporaine d'avant-garde.

Album de famille
Guidés par Yoyo Maeght - l'une des petites-filles d'Aimé -, les réalisateurs nous content avec chaleur cette saga familiale en s'appuyant sur les nombreux documents conservés et réalisés le plus souvent par les membres de la famille eux-mêmes. La plupart de ces archives, inédites, sont d'une formidable richesse, toutes d'émotion contenue et de magie : Matisse en train de dessiner le portrait de Marguerite ; Chagall en admiration devant des oeuvres de Braque ; Miró imprimant ses sérigraphies sur la vieille presse de la maison ; sans oublier l'exposition surréaliste de 1947... Autant d'images simples, émouvantes, qui nous font sentir la qualité des relations nouées entre les peintres et celui qui était devenu plus que leur marchand. En juillet 1964, Malraux, alors ministre de la Culture, vient lui-même inaugurer la toute nouvelle Fondation Maeght établie sur la Côte d'Azur, loin de la scène artistique parisienne. C'est l'heure de la consécration officielle pour Aimé Maeght, dont les petits-enfants ont aujourd'hui repris l'héritage. Lui se voulait éditeur d'art, accordant autant d'importance aux livres et aux revues qu'aux galeries : d'hier à aujourd'hui, la beauté des ouvrages édités par sa Fondation montre que son oeuvre est bien vivante.

 

Les Mains éblouies
Sur le site d'ARTE - Sur le site de TELERAMA

vendredi, 30 novembre 2007 à 23:15
Rediffusion : 03.12.2007 à 10:50

Producteur d'une soixantaine de films, Aimé Maeght, pouvait, grâce aux relations privilégiées qu'il entretenait avec les artistes, leur faire accepter la présence de la caméra. Un montage d'extraits où l'on découvre Miró, Calder, Giacometti et Tàpies au travail.

Passionné de photographie et de cinéma, Aimé Maeght a compris très tôt que ces médias pouvaient contribuer à faire connaître au plus grand nombre le travail de "ses" artistes. À partir de 1961, le marchand d'art ajoute donc une corde supplémentaire à son arc : la production de films. Il en fera réaliser une soixantaine par des cinéastes comme Clovis Prévost, Franco Lecca, Jean-Michel Meurice, Charles Chaboud ou Ernst Scheidegger. Grâce aux relations étroites que la famille Maeght a tissées avec les artistes, la caméra peut pénétrer dans leurs ateliers et les filmer au travail. Introduit par le petit-fils d'Aimé Maeght, Jules, qui gère la diffusion et la restauration de ces films, ces morceaux choisis nous plongent aux sources de la création. Nous découvrons Mirò travaillant à la lithographie d'une affiche et passant avec la même facilité de la peinture à la sculpture ou à la gravure. Silencieux et malicieux, Alexandre Calder est filmé fabriquant des mobiles ou supervisant le montage et le démontage d'une exposition. Sans cesser de façonner la mince figure à laquelle il travaille, Giacometti explique pour sa part avec passion ses recherches pour "attraper" le regard et la coupe de l'oeil. "C'est vrai que je suis rarement content. C'est pour ça que je continue à travailler", avoue-t-il avec humour. Enfin, Clovis Prévost montre en temps réel Antoni Tàpies en pleine transe créative. Le tableau se construit sous nos yeux, sur une musique expérimentale de Carlos Santos qui rend bien la pulsation frénétique s'emparant de l'atelier. Des images d'autant plus émouvantes qu'elles rendent palpable la fascination qu'exercent ces créateurs sur les réalisateurs qui les filment.

GALERIE MAEGHT
42, rue du Bac - 75007 PARIS
tél. 01 45 48 45 15 - fax 01 42 22 22 83
galerie.maeght@maeght.com
Contact presse: Véronique de Lavenne - tél. 01 49 54 01 55 - vero@maeght.com

http://www.maeght.com/


La boutique de nos éditions est ici

Vous pouvez retrouver les éditions originales ici

Vous pouvez vous désabonner/abonner à cette newsletter ici