Exposition: Marco Del Re "Villa les Rêves"
13 Octobre 2011
7 Janvier 2012
Du 13 octobre 2011 au 7 janvier 2012, la galerie Maeght consacre une exposition à l'artiste italien Marco Del Re avec une quarantaine d'oeuvres, notamment des grands formats de la série " Villa les rêves". L'artiste y propose un exercice de style sur la peinture, la notion, presque le concept, de vue intérieure qui est aussi une interrogation sur le peintre d'aujourd'hui.
Exposition Marco Del Re
Du 13 octobre 2011 au 7 janvier 2012, la galerie Maeght consacre une exposition à l'artiste italien Marco Del Re avec une quarantaine d'oeuvres, notamment des grands formats de la série " Villa les rêves". L'artiste y propose un exercice de style sur la peinture, la notion, presque le concept, de vue intérieure qui est aussi une interrogation sur le peintre d'aujourd'hui 

" Villa les rêves", un jeu sur le motif

La série "Villa les rêves" évoque la Villa le Rêve, à Vence, où Henri Matisse séjourna de 1943 à 1949. Marco Del Re se livre à un exercice de style sur la "peinture d'intérieur", voyage mental au sein d'une chambre, dans une forme de huis clos où les volumes, les objets, les figures humaines sont autant de motifs construits et rêvés.
"Villa les rêves" présente un univers tout à le fois structuré et onirique; à partir de visions de l'atelier du peintre, l'artiste joue sur le thème du tableau dans le tableau, se saisissant d'un motif qu'il va épuiser jusqu'à le faire disparaître, pour donner naissance à une autre image. Il use de teintes, pastels comme de couleurs éclatantes, ocres roses, bleues, beiges; Il travaille la matière, le jeu, les points de vue en proposant des décalages et des oppositions d'échelle.

Réflexions de peintre, ces grands formats posent la question du sujet et de sa représentation, celle du dialogue avec des moments de l'histoire de l'art, notamment avec une certaine peinture des années 1920-1930: " Le dialogue avec l'art peut être un rêve. Peindre est un paradoxe car, quand je me mets à peindre, je m'enferme. Le mouvement vient d'un repli sur soi, il n'y a plus de dialogue, alors que pour avancer il faut des dialogues spirituels, des conversations avec les formes", commente Marco Del Re. "Ce dialogue implique un combat autour de la peinture, avec différents tabous, par exemple le tabou du grand maître (Matisse), ou encore un tabou de la peinture dite décorative".
 mentions légales | newsletter